Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Cinquième conseil de gestion : évolution des pratiques d’observation des mammifères marins et avancées sur la coopération interrégionale

19/12/2017 Vie de l'établissement - Antilles

Le 30 novembre 2017, s’est déroulé le 5ème conseil de gestion du sanctuaire Agoa. Ses membres se sont réunis en Martinique sous la présidence de M. Yvon Combes.
Ce conseil de gestion a été l'occasion de faire le bilan des actions 2017 et plus particulièrement celles liées à l’évolution de la réglementation des pratiques d’observation des mammifères marins et celles en matière de coopération interrégionale. Les membres du conseil ont également pu découvrir les premiers résultats à chaud de la campagne d’observation aérienne de la mégafaune, Remmoa, qui s’est tenue cette année dans les Antilles.

Les recommandations du sanctuaire Agoa pour accompagner le nouvel arrêté réglementant l’approche des cétacés

La commission  "observation  des  cétacés  et  encadrement" travaille depuis 2015 sur l’amélioration des pratiques d’observation attendues dans le sanctuaire afin de garantir le maintien de la tranquillité et de l’intégrité des cétacés observés.

Depuis le 15 mars 2017, l’arrêté pris par le préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles, interdit l’approche des mammifères marins à moins de 300 mètres. Des dérogations peuvent être accordées par les directeurs de la mer sous forme d’autorisation de manifestations nautiques sous réserve de respecter les recommandations émises par le sanctuaire Agoa. La commission a été chargée d’élaborer ses recommandations.

Le conseil de gestion du sanctuaire Agoa a approuvé les travaux de la commission et a validé la nouvelle charte qui rassemble ces recommandations. Elle précise par exemple que l’opérateur s’engage à avoir un personne qualifiée à bord ayant suivi et validé une formation sur l’environnement marin et le tourisme baleinier, dispensée ou reconnue par le sanctuaire Agoa. Les embarcations ne devront pas s’approcher à moins de 100 mètres des grands cétacés et moins de 50 mètres des cétacés de moins de 5 mètres.

Les demandeurs de manifestation nautique doivent signer cette charte et la respecter sous peine de perdre le droit de s’approcher à moins de 300 mètres des cétacés.

Coopération interrégionale : un nouveau jumelage et un projet Interreg Caraïbe

Après le Stellwagen Bank National Marine Sanctuary et le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, le sanctuaire Agoa a formalisé, en mars 2017, un jumelage avec le sanctuaire Yarari qui entoure les îles néerlandaises de Saba et Bonaire et en décembre 2017, avec le sanctuaire de Samana en République dominicaine. Ces sanctuaires feront partie des gestionnaires d’aires marines protégées impliqués dans le projet CARI’MAM (Caribbean Marine Mammals Preservation Network) sélectionné cette année au programme Interreg Caraïbes. Coordonné par le sanctuaire Agoa et le Centre d’activités régional pour les espèces et les espaces spécialement protégés de la Caraïbe (Car-SPAW)  le projet CARI’MAM débutera en 2018 et vise à renforcer la coopération et les outils des gestionnaires d’aires marines protégées engagés dans la préservation des mammifères marins.

Premier bilan de la campagne Remmoa aux Antilles

C’est un événement qui n’a lieu qu’une fois tous les dix ans et qui apporte au sanctuaire Agoa des données inédites sur la répartition des populations de cétacés à grand échelle. La campagne Antilles-Guyane du programme d’observation aérienne de la mégafaune Remmoa s’est terminée début novembre après plus de deux mois de mission. L’équipe de Remmoa a ainsi survolé, 150 heures durant, les espaces marins des îles des Antilles françaises, des îles du vent des Antilles néerlandaises et de la Dominique en quête de la mégafaune pélagique. Quatre-vingt sept observations de cétacés ont été enregistrées dont 40 % de grands plongeurs (cachalots, kogias et baleines à bec) au large et de nombreux delphinidés près des côtes. Les résultats définitifs seront connus début 2018 et seront utiles pour l’élaboration du 2ème plan de gestion du sanctuaire.

Haut de page Retour aux actualités